COVID 19: Les séances sont maintenues / Le Centre KBZEN vous reçoit dans le respect des mesures sanitaires.

Charte de déontologie

Si l’Hypnothérapie est une thérapie brève (généralement quelques séances suffisent), elle ne se substitue en aucun cas à un traitement médical. Il faut consulter votre médecin pour les questions d’ordre médical.

Cependant, l’Hypnothérapie est une approche particulièrement efficace pour accompagner nos patients, les aider à surmonter leur(s) blocage(s), à modifier leurs comportements, à panser leurs blessures, à franchir des caps difficiles de la vie, en somme à grandir vers une autre dimension de son être !


Une déontologie forte doit être de rigueur pour accompagner la grande efficacité de l’hypnose.

Ce code indique notamment les engagements que prend l’Hypnothérapie. Et comme tout accompagnement efficace, un engagement du patient est aussi essentiel.

Code de déontologie du Centre KBZEN

Article 1 : Moralité

L’Hypnothérapeute exerce ses fonctions avec bienveillance, indépendance, honnêteté et humanité. Les relations de confiance ne peuvent exister que s’il n’y a aucun doute sur l’honneur personnel, l’honnêteté et l’intégrité de l’Hypnothérapeute. Ces vertus traditionnelles sont des obligations professionnelles. Il fait preuve, à l’égard de ses patients, de compétence, de dévouement, de sollicitude et de respect.

Article 2 : Secret professionnel

Le secret professionnel, institué dans l’intérêt des patients, s’impose à tout hypnothérapeute. Le secret couvre tout ce qui est venu à la connaissance de l’hypnothérapeute dans l’exercice de sa profession, c’est-à-dire non seulement ce qui lui a été confié mais aussi ce qu’il a vu, perçu, entendu, compris ou ressenti. Il a l’obligation de poursuivre au mieux les intérêts de son patient, avec pour seules limites, celles que la loi lui impose. Le secret professionnel est général et illimité dans le temps sous réserve des strictes exigences de la propre défense de l’hypnothérapeute devant toute juridiction. Lorsqu’il a connaissance qu’un mineur est exposé à un risque d’une particulière gravité ou que celui-ci subit tout acte de nature sexuelle ou relevant d’une qualification criminelle, il avertit le procureur ou toute autre autorité compétente. L’hypnothérapeute n’encourt aucune sanction professionnelle s’il fournit, malgré son obligation de secret, des éléments permettant d’éviter un danger actuel ou à venir d’une particulière gravité. Le secret peut être partagé en cas de difficulté particulièrement sérieuse commandant à L’hypnothérapeute de requérir le conseil de ses confrères, sans pour autant divulguer le nom du client.

Article 3 : Intérêt du patient

L’intérêt du patient est mis au centre de la relation avec l’hypnothérapeute : il a l’obligation d’œuvrer au mieux les intérêts de son patient, y compris par rapport à ses propres intérêts. Les décisions de l’hypnothérapeute quant aux protocoles à adopter respectent l’objectif défini avec le patient. Le cas échéant, l’hypnothérapeute doit prendre en compte l’impact négatif qu’un changement pourrait produire sur « l’écologie » du patient et en informer celui-ci. L’hypnothérapeute apporte des informations justes, claires et appropriées sur le déroulement de la séance. Il tient compte de la personnalité du patient dans ses explications et veille à leur compréhension. L’hypnothérapeute n’use en aucun cas de sa position de confiance à des fins personnelles, de prosélytisme ou d’abus de l’état de faiblesse éventuelle de son patient.

L’hypnothérapeute appelé à donner une consultation à un mineur doit recueillir le consentement d’au moins un parent ou du représentant légal.

Article 4 : Clause de conscience

L’hypnothérapeute se décharge de tout accompagnement contraire aux principes déontologiques de sa profession ou mettant en péril son indépendance. Si le lien de confiance qui relie l’hypnothérapeute et le patient est gravement altéré, celui-ci peut décider d’interrompre sa mission. Si l’objectif défini ne relève pas de la compétence de l’hypnothérapeute, ou s’il s’aperçoit en cours d’accompagnement que l’état du patient sort de son champ de compétences, celui-ci se déporte et l’oriente vers un professionnel de la discipline adéquate (médecine générale, psychiatrie, psychologie…). L’hypnothérapeute doit écouter, informer, aider et conseiller avec la même conscience toutes les personnes sans discrimination.

Article 5 : Honoraires

L’hypnothérapeute doit informer son patient du montant de ses honoraires.

Article 6 :  Respects des droits fondamentaux

La diversité des approches autour des thérapies brèves venant d’horizons divers avec des disciplines complémentaires et pratiques diverses, impliquant la connaissance préalable des bases techniques propres à l’Hypnose Thérapeutique nécessaire à la richesse de l’accompagnement, reconnaît aux accompagnants et accompagnés, le droit de bénéficier pleinement et librement de cette diversité dans le cadre de leur responsabilité morale. L’hypnothérapeute refuse d’intervenir dans tous les cas où l’intérêt d’autrui lui apparaît menacé, à travers une perte d’autonomie, en particulier dans toute intervention susceptible de favoriser l’assujettissement d’un individu à un groupe ou à une idéologie, religion, démarche commerciale, quelques valeureuses qu’en apparaissent les finalité.. L’hypnothérapeute s’engage à respecter et à promouvoir l’autonomie, la dignité humaine, la liberté de chaque individu, ainsi que tous les droits inhérents à la nature humaine. Les équilibres complexes de la personne dans sa réalité environnementale, physique, psychique et spirituelle. Le positionnement de L’hypnothérapeute est simplement d’accompagner le patient en s’appuyant uniquement sur les savoirs, connaissances, capacités d’apprentissages et parcours de vie de la personne à défaut de tout autre. L’hypnothérapeute s’engage à la prise en compte essentielle de la richesse de l’individualité humaine et à n’exercer en aucune façon un rapport de force physique, psychique, moral ou spirituel, induisant une limitation de la volonté propre des bénéficiaires.

Article 7 : Confraternité et réputation de la profession

La confraternité exige des relations de confiance et de respect entre hypnothérapeutes, dans l’intérêt du patient et de la réputation de la profession. L’hypnothérapeute reconnaît comme confrère toute personne compétente dans sa pratique de l’hypnose et respectueuse des principes éthiques, et maintient à son égard un comportement confraternel, digne et loyal.

Article 8 : Protection des données

Les données du patient recueillies par le Centre Hypnose KBZEN respectent la charte RGPD

0
    0
    Votre Panier
    Votre Panier est videRetour au Site
      Calculer les frais de livraison
      Appliquer le coupon